Centre de musique médiévale de Paris
Quelques instruments de musique au Moyen Age

page
principale
CMMP

>

retour
accueil

>

nous écrire

>

Voici un aperçu - très succint - de quelques-uns des instruments de musique utilisés au moyen-âge.
Cette page a été préparée par
Pierre Boragno, flûtiste (qui joue aussi bombarde et cornemuses), professeur au CNR de Versailles, et qui a participé, entre autres, à de nombreux concerts et enregistrements avec l'ensemble Alla francesca.

Première forme des hautbois, les chalemies et bombardes sont des instruments à anche double très puissants, qui s'associent fréquemment aux cuivres.

D'abord longue et droite (c'est la "buisine"), la trompette est ensuite recourbée, puis au 15e siècle parfois pourvue d'une coulisse : cette invention est à l'origine de notre trombone moderne

Les instruments à vent doubles sont connus depuis l'Antiquité. Le double flageol en particulier est assez répandu et ne disparaîtra qu'au 16e siècle.

La douçaine est assez semblable d'aspect à une fine chalemie ; mais c'est un instrument beaucoup plus doux (d'où son nom), qui est souvent accompagné par le luth ou la harpe.

La présence du flageol (notre flûte à bec) est attestée dès la Préhistoire. Au Moyen Age son timbre est donné comme doux ; les grandes tailles d'instrument n'apparaîtront qu'à la Renaissance.

La harpe est importée au tout début du Moyen Age des pays d'Orient où elle était connue depuis l'Antiquité. Sa vogue culmine aux 14e et 15e siècles ; selon Guillaume de Machaut elle possédait alors vingt-cinq cordes.

La cornemuse à tenu son rang dans la musique de cour jusqu'au 14e siècle, polyphonies comprises. Elle est à l'occasion munie d'un long bourdon d'épaule ; son chalumeau est un petit hautbois, à anche double.

Bedons, tabors, nacaires, claquettes... Les instruments de percussion sont innombrables et rythment les jours de toute la société médiévale. Ils se rassemblent parfois lors de charivaris d'une grande fantaisie.

Le rebec à évolué parallèlement à la vièle tout au long du Moyen Age. Il est de plus petite taille et sa sonorité est assez perçante. C'est l'ancêtre de la pochette, l'instrument des maîtres à danser de la Renaissance.

Le taborin (joueur de flûte et tambour) est l'animateur de toutes les danses et festivités. Sa vogue culmine aux 15e et 16e siècles, où la plus petite cour en entretient à son service.

Comme beaucoup de nos instruments, la vièle est introduite d'Orient en Europe au cours du Haut Moyen Age. C'est l'instrument favori pour l'accompagnement du chant, mais il est aussi joué en polyphonie.

Et, en complément, allez donc voir... :

Lien vers le site d'un passionné, Christian Brassy